Le projet Relocalisons sur la Plaine des Bordes

à Chennevières sur Marne (94)

Présentation du projet & objectifs

L’association « Relocalisons » dont les initiateurs habitent près de la Plaine de Bordes, est intéressée par ce lieu particulièrement préservé, et souhaite présenter son projet et s’investir dans l’élaboration du projet global.

Son  objectif sera de faire vivre un lieu où la culture de la terre est essentielle, mais aussi un lieu d’échanges, un lieu d’entraide et d’insertion, dans le respect des êtres humains et de la nature, un lieu pour partager des expériences et vivre ensemble.
Elle souhaite :
• promouvoir  la proximité et la relocalisation notamment au travers de l’agriculture locale et des circuits courts,
• faire  partager des valeurs de sobriété, le sens des limites,
• développer la vie démocratique par une élaboration collective, autogérée des actions.

Le projet est envisagé sous trois aspects :

1er volet : culture de la terre. Potager, fruitiers

2ème volet : culturel.  Échanges, rencontres, débats autour d’une cuisine dans le plaisir de la convivialité.

3ème volet : lien social. Insertion qui recoupe les 2 parties précédentes.

1er volet : Autour de la terre (2 ha)

Il s’agit d’expérimenter une méthode «globale» de cultiver un potager bio et des plantes médicinales, en tenant compte de la spécificité du lieu, en coopérant avec la nature sans la combattre, en permaculture.
utiliser la technique de la culture en butte, et le paillage du sol.
conserver et utiliser les mares existantes pour la biodiversité, importantes pour le jardinage
planter des variétés anciennes et locales d’arbres fruitiers
produire naturellement des semences et les diffuser
utiliser la traction animale (les ânes présents sur le site) pour un travail limité de la terre, en maintenant une grande diversité des cultures et des herbes sauvages afin de préserver l’humidité
pratiquer la rotation des cultures et les associations de plantes
rechercher la sobriété en eau, également par la récupération
introduire un poulailler et des poules utiles et complémentaires
partager la production entre les jardiniers qui servira aussi à alimenter les rencontres (voir 2ème volet)

2ème volet : Culturel et d’échanges inter-générationnel et inter-culturel

A quoi servirait de cultiver un potager si ce n’est pour manger ensemble les produits récoltés ?
Une cuisine nous parait un lieu incontournable,
pour réapprendre à consommer et cuisiner des produits de saison
pour échanger des savoirs dans la convivialité …
en créant du lien social qui  encourage la transmission de savoir-faire (potager, semences…), favorise l’entraide,  et participe à une alimentation saine…
en organisant des rencontres thématiques autour des aliments (ateliers cuisine, fêtes champêtres, bourse aux semences, fabrication de confitures et de jus de fruits, etc.), autour des façons culturales.

Mais, ce lieu pourra accueillir également des conférences, des débats, des animations organisées par différentes associations, des expositions, des présentations de livres, les distributions des paniers d’Amap, des circuits courts déjà existants sur Champigny, un SEL (Système d’Échange Local)  etc…

On pourrait s’inspirer de la gestion du lieu associatif de la Commune d’Aligre dans le 12ème et de bien d’autres lieux.

3ème volet : Un lieu d’insertion

– par le jardinage : le potager et le verger seront à la fois un lieu d’apprentissage, tourné vers la formation mais aussi un lieu pédagogique susceptible d’  intéresser les enfants des écoles.
Le lieu pourra accueillir en partenariat,  des centres d’insertion sociale et professionnelle.

– par l’éco-construction d’un bâtiment en paille avec puits canadien, chauffage à bois et chauffe-eau solaire avec :
• « les Compaillons », constructeurs bénévoles et solidaires
• ou, un chantier-école qui jouerait pleinement ce rôle
– construction d’une éolienne domestique avec l’association « Tripalium » qui  organise des stages
– utilisation de matériel de récupération
– installation de toilettes sèches
( plan et devis élaborés collectivement selon les besoins pour la construction de la maison de paille)

– par la cuisine et la préparation de repas

En conclusion

Le projet porté par l’association Relocalisons est voué à évoluer et à s’enrichir au fur et à mesure de son avancement.
Il s’insère parfaitement dans le projet global que porte le Conseil Général « Une terre pour apprendre ».

Ce projet rejoint la campagne nationale  de l’association Relocalisons pour les ceintures vivrières autour des villes. Dans le cadre des autres projets portés au niveau national, des rencontres et des événements permettant de mutualiser les expériences seront  organisés.

Publicités