Atelier « Délocalisations et relocalisation » à l’Université d’été d’ATTAC Arles 20 août 2010

Evelyne Perrin

La France a été marquée ces dernières années par une vague de plans sociaux, de fermetures d’usines et de délocalisations. Sous l’impact de la mondialisation, et de la domination d’un capitalisme financiarisé qui met l’entreprise globale sous le joug des marchés, la délocalisation est devenue la règle dès qu’elle s’avère rentable. Comme j’ai pu le constater lors du tour des entreprises en lutte que j’ai effectué cet hiver, de Continental à Molex en passant par Goodyear et autres, la délocalisation est la mesure-phare, en particulier dans le secteur automobile, et ceci même s’agissant d’entreprises rentables et innovantes. Elle contribue fortement dans certains secteurs à la destruction des emplois industriels.

Yves Mamou, dans la page du Monde consacrée au conflit de Total , rappelle qu’en 2010 l’industrie emploie 500 000 personnes de moins qu’il y a dix ans. La direction du Trésor estime que deux millions d’emplois industriels ont disparu en trente ans, tandis que la perte de valeur ajoutée pour l’industrie est sur cette période de 40 %.

Une liste sans fin de délocalisations

Les « Contis » ont fait la une de l’actualité en 2009. Leur lutte fut à de nombreux égards exemplaire, car les salariés ont constitué un comité de lutte avec les syndiqués de divers syndicats et des non syndiqués. Cette unité a été une des clés du succès. Ils ont lutté contre la fermeture de leur entreprise car elle était rentable. Ils n’ont pu en proposer la reprise. C’est un cas de délocalisation pure et dure, où les machines sont parties en Roumanie. L’Etat n’est pas intervenu, et la CGT n’a pas apporté de soutien. Aussi les salariés se sont-ils battus pour que leur licenciement coûte le plus cher possible au patron : ils ont obtenu les plus grosses indemnités parmi les entreprises victimes de plans sociaux. Leur détermination dans l’unité s’est maintenue face à la répression et au procès intenté à sept d’entre eux. La leçon qu’ils en tirent : « On n’est jamais mieux servis que par soi-même, et il ne sert de rien de déléguer la lutte aux syndicats. »

Renault-Trucks dans la banlieue lyonnaise est un cas emblématique de stratégie d’entreprise globale. Après avoir vécu de subventions publiques, le groupe construit une usine en Russie et y transfère le savoir-faire de l’entreprise, tandis que des bureaux d’études concurrents sont créés en Inde et en Turquie. Pour l’entreprise française, la surcapacité est organisée. Parallèlement, les nouvelles méthodes de management induisent stress et suicides, dénoncés par la CGT, qui lutte contre les délocalisations, en l’absence d’unité syndicale.

Sous-traitant de France Télécom, Téléperformance est emblématique d’une mondialisation qui met tous les sites de travail en concurrence en tirant les salaires et les conditions de travail vers le bas. Il y a une volonté délibérée de mettre certains sites en difficulté pour justifier les plans sociaux.

A Goodyear Amiens, la lutte continue, notamment juridique, contre le projet de fermeture d’un site rentable, mais mis en péril par des investissements en Pologne, en Chine, l’absence de modernisation et d’investissements, et le projet de Goodyear de céder la production de pneus agraires et d’arrêter la production de pneus de tourisme. Il n’y a pas d’unité syndicale et l’UNSA a été créée comme interlocuteur du patron. La lutte de SUD et de la CGT se concentre sur la sauvegarde de l’outil de production, tout en dénonçant l’intensification du travail.

Heuliez est manifestement un cas à part parmi les entreprises en lutte que nous avons rencontrées. D’abord parce qu’elle était restée jusqu’à il y a peu une entreprise familiale. Ensuite parce qu’elle est sur un nouveau produit d’avenir, la voiture électrique, et que son personnel a montré ses compétences en matière d’innovation industrielle. Mais enfin parce qu’Heuliez a conservé sur son site principal toutes les parties de la production, de la conception, par son bureau d’études intégré, à l’emboutissage et à l’assemblage.

A Delphi Blois, la CGT dénonce les délocalisations de la production en Turquie et Roumanie, le chômage partiel, l’absence d’augmentations de salaires, l’intensification du travail (suicides), et plus généralement, une nouvelle race de managers, des financiers et non plus des industriels.

L’aventure de Philips à Dreux est celle de la disparition programmée de la production de téléviseurs en France, avec les délocalisations en Europe de l’Est et en Chine, et finalement la fermeture du le site français. La CGT – dissidente – a mené une grosse bataille juridique pour retarder l’échéance, a tenté de reprendre le contrôle de la production, a fait des propositions de reconversion, en vain.

A Molex à Villemur sur Tarn, la fermeture de cette usine très rentable et de pointe a déclenché une lutte de onze mois, dont un mois de grève. C’est un cas flagrant de « clonage » de l’entreprise et de transfert de son savoir-faire aux Etats-Unis et en Chine. Epuisés par la lutte, les salariés ont accepté l’accord de licenciements avec des primes de 26 000 à 65 000 et neuf mois de reclassement payés à 100 % ; mais le fonds d’investissement, qui a touché 12 millions d’euros pour reprendre l’entreprise, ne reprend que 15 à 20 salariés, sans qu’aucun motif économique n’ait été fourni au PSE. La CGT a envisagé de reprendre l’entreprise, mais les salariés n’ont pas suivi.

Renault Flins, alors que la production n’a jamais été aussi forte, connaît délocalisations en série, augmentation de la productivité et travail en sous-effectifs, départs volontaires massifs. La CGT se bat pour des primes et augmentations de salaires, pour la semaine de cinq jours et des embauches, pour la production d’un nouveau véhicule.

Quant à Renault Douai, c’est une grosse usine en train d’être « détricotée » pour ne faire plus que l’assemblage, les effectifs fondent par des ruptures conventionnelles, une nouvelle organisation du travail entraîne stress, suicides, dégradation des conditions de travail. Une CGT très démarquée de la ligne fédérale se bat pour obtenir la production d’un véhicule low cost.

Enfin, à Renault Technocentre à Guyancourt, malgré de gros problèmes de stress dû aux mutations arbitraires, à la gestion par objectifs individuels, au manque de personnel, il n’y a pas à proprement parler de lutte ni d’unité syndicale. Les réductions d’effectifs ont pris la forme de licenciement de 1000 prestataires, d’un plan de départs volontaires de 1000 salariés. Le chômage partiel sévit, et les délocalisations de technocentres ont lieu avec transfert de savoir-faire, en Europe de l’Est, en Inde, en Chine.

A Freescale Toulouse, après cinq semaines de grève menées par trois syndicats sur six contre un PSE de 821 suppressions de postes, l’usine a été vendue à un fonds de pension qui la dépèce, n’investit plus, et concentre la production aux Etats-Unis. La lutte est menée dans l’unité syndicale par un comité de lutte, et a permis d’obtenir jusqu’ici un engagement pour des indemnités de 40 à 50 000 euros.

Chez Chaffoteaux et Maury, entreprise très innovante qui fabriquait un produit de pointe, une lutte acharnée de quatre mois, très médiatisée (calendriers) a été cassée par la demande de primes de départ par FO, alors que la CGT se battait pour sauver l’emploi. Là encore, après un rachat d’entreprise familiale, les machines sont parties en Italie et dans les pays de l’Est, ainsi qu’en Chine, où a été transféré le savoir-faire.

La délocalisation comme mode de gestion et son coût

Le phénomène des délocalisations, qui certes date de plusieurs années, a pris une ampleur nouvelle dans un pays comme la France. Il a d’abord concerné des secteurs industriels entiers : habillement-cuir et textile , jouet, équipement du foyer, industries électriques et électroniques, puis plus récemment automobile. Grâce à Internet, il est maintenant susceptible de s’étendre à des secteurs de services aux entreprises comme la comptabilité, la programmation informatique, ou de services aux particuliers comme les centres d’appels.

Le 4 Pages du SESSI (Ministère de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi) de mai 2008 donne des indications précieuses sur les délocalisations et la conquête de marchés extérieurs des entreprises françaises entre début 2003 et fin 2005, montrant que la conquête de nouveaux marchés par l’ouverture de sites à l’étranger représente une part importante de l’implantation des entreprises françaises à l’étranger : respectivement 5 % des entreprises manufacturières de dix salariés ou plus ont délocalisé une partie de leur activité, tandis que 6 % ont implanté à l’étranger un nouveau site sans réduction d’activité en France. 17 % des entreprises de la filière automobile, 17 % de celles du secteur de l’habillement et 15 % de celles du secteur textile ont délocalisé. Les implantations à l’étranger sont plus fréquentes parmi les groupes que parmi les sociétés indépendantes, et plus dans les filiales sous contrôle étranger que parmi les filiales de groupes français.
Deux freins possibles aux délocalisations sont identifiés : la crainte d’une perte de qualité, et le rôle de la formation pour conserver des activités industrielles en France en accroissant leur productivité du travail.

P. Aubert et P. Sillard , en 2005, évaluent à 95 000 les pertes d’emplois industriels entre 1995 et 2001 du fait des délocalisations, soit 13 500 par an. C’est l’industrie automobile qui est de tous les secteurs la plus touchée par les délocalisations : 13,5 % des entreprises concernées, devant l’habillement et cuir (12,6 %), l’industrie textile ( 10,9 %) et l’industrie de composants électriques et électroniques (10,1 %).

Dans le domaine des services, la délocalisation fait l’objet d’une excellente étude de Fabien Besson et Cédric Durand qui exposent quels en sont les enjeux pour les politiques publiques . Ils notent tout d’abord que l’impact du phénomène des délocalisations de services est assez récent, mais est appelé à se développer sous l’effet de l’internationalisation des activités de services, alors même qu’ils assurent environ 70 % de la création de richesse et de l’emploi au sein de l’OCDE, et qu’au niveau des flux de capitaux, ils représentent plus des deux-tiers des investissements dans les pays étrangers.

Quant aux services, la Direction du Trésor et de la Politique Economique avance en 2004 le chiffre de 800 000 emplois soit 7,4 % de l’emploi du secteur tertiaire marchand, comme susceptibles d’être délocalisés. L’étude réalisée par le Cabinet Katalyse pour la Commission des Finances du Sénat prévoit 202 000 emplois de services perdus entre 2006 et 2010, soit 22 % de la création nette d’emplois salariés au cours des cinq dernières années. Comme l’écrit Philippe Villemus dans son ouvrage sur les délocalisations , 80 % de ces emplois perdus seraient le fait de délocalisations pures. Pour les centres d’appel, 10 000 emplois sur 200 000 avaient, déjà en 2005, été délocalisés.

Comme l’écrit Jacques SAPIR dans un article de Cités , « en ce qui concerne la Chine, la productivité y est de 7 % de la moyenne française alors que les salaires y sont de 3 %. Pour ce qui est des ex-PECO, la productivité est de 26 % de la moyenne de l’UE mais le salaire se trouve être dans un rapport de 1 à 6, soit de 16,67 %. La spécialisation de ces derniers comme producteurs de pièces détachées, mais aussi comme assembleurs dans l’automobile est bien connue. » Il ajoute que l’écart de qualité se réduit rapidement, tant dans les ex-PECO qu’en ce qui concerne la Chine.

Il distingue trois types de délocalisations : – Les délocalisations directes, ou transferts d’emplois existants dans un pays vers un autre pays avec fermeture de l’usine du pays d’origine. « On considère que ces délocalisations ont coûté en termes nets (soit une fois déduite la création d’emplois issus des activités exportatrices) entre 1 % et 1,5 % des emplois industriels en France, soit 0,4 à 0,6 % de la population active. » Cela peut paraître peu, mais suffit à décimer un secteur industriel.

– Les délocalisations indirectes, ou création délibérée d’emplois à l’étranger, pour servir non pas le marché intérieur local, mais pour la réexportation vers le pays d’origine. « On peut chiffrer dans le cas de la France entre 1 % et 1,6 % de la population active le déficit en termes nets. »

– Les effets dépressifs sur le marché intérieur : menace de délocalisation et chantage constituent des moyens d’abaisser le coût salarial et d’intensifier la productivité, cette déflation salariale ayant à son tour un effet négatif sur la croissance et donc sur l’emploi.

L’addition de ces trois effets est importante sur l’emploi, et tout emploi industriel perdu induit des pertes d’emplois dans les services. Il en résulte des pertes fiscales –évaluées par Jacques SAPIR à 80 à 120 milliards d’euros pour les pays de l’Union Européenne – , et des pertes parafiscales, comme l’élévation des dépenses d’indemnisation du chômage. Toujours selon Jacques SAPIR, si l’on cumule tous ces coûts, on arrive à des montants compris entre 3,5 et 7,5 % du PIB pour la France.

Quelles réponses envisager ?

Plusieurs réponses peuvent être apportées au fléau des délocalisations et de la mise en concurrence généralisée de tous les salariés à travers la planète. Certaines sont controversées, d’autres sont en débat. Ce qui est certain, comme le souligne El Mouhoub Mouhoud , c’est que les aides de l’Etat devraient se concentrer sur les hommes touchés par les délocalisations et sur les territoires pour en renforcer les atouts par la formation, la reconversion et l’innovation, plutôt que sur les entreprises des secteurs en difficulté.

La reprise : une perspective à revisiter

D’un conflit à l’autre, une question court, sous-jacente, rarement posée en tant que telle, mais omniprésente dans l’inconscient collectif : et si les salariés reprenaient l’outil de production ? cela d’autant plus quand ils ont eu l’expérience d’une autogestion de fait de l’entreprise sans patron, comme à la SBFM de Caudan, dans le Morbihan, de février à juin 2009 ?

Pourquoi un tel projet s’avère-t-il impossible à mettre en œuvre ? Les raisons en sont nombreuses, mais l’une des premières est l’internationalisation des entreprises. Les unités de production appartiennent aujourd’hui soit à des groupes internationaux, soit à des sous-traitants de ces multinationales. Les produits fabriqués sont de plus en plus rarement des produits complets, mais plus souvent des morceaux de produit fini : des pièces, des éléments de la production finale, qui suppose de rassembler des éléments venus bien souvent de plusieurs pays à la fois.

Ces entreprises n’ont plus rien d’une entreprise familiale comme l’était Lip en 1973. De plus, la concurrence s’est aiguisée et plus aucune entreprise n’est en position de domination ou de quasi-monopole sur son marché. Aussi, toute réappropriation de la production suppose la construction d’un marché local ou de débouchés solidaires par les salariés. Rappelons qu’en Argentine, une entreprise de carrelage réappropriée par ses salariés, Zanon, beaucoup citée, a bâti son marché sur des commandes des écoles et hôpitaux proches, des collectivités locales, et des usagers. Les concurrents étrangers offrent enfin des salaires plus bas et de moindres contraintes sociales et environnementales.

Début janvier 2010 éclate la nouvelle de la reprise de la production par les salariés de l’usine Philips à Dreux, promise à la fermeture à la fin du mois. 147 salariés décident de reprendre et de gérer la production, et stockent sous leur contrôle les téléviseurs produits. Ils démontrent ainsi que la production est possible et rentable, si le premier objectif n’est pas de satisfaire les appétits – démesurés – des actionnaires, et si les salariés prennent en charge la marche de l’entreprise sous leur contrôle. Hélas, dix jours après, lorsque la direction envoie des lettres menaçant de licenciement pour faute lourde les salariés chargés de livrer le matériel à la vente, une AG du personnel décide sous la pression de FO de lever le stockage des téléviseurs, se privant ainsi d’un moyen de pression essentiel, alors même que l’entreprise est promise à la fermeture et sera mise en lock-out le 15 février. Ce qui frappe dans cette brève expérience, c’est le manque de réactivité des forces et partis de la gauche qui auraient pu lui apporter un soutien décisif ; en effet, il s’agissait là de la production de biens de consommation courante, des téléviseurs, qui auraient pu être vendus par les salariés par des canaux alternatifs, un peu comme dans l’expérience de Lip, à plus forte raison si la Région avait apporté son soutien.

Mais il semble que la question de la réappropriation de la production par les salariés n’entre pas encore dans l’imaginaire des forces de gauche, traditionnelle ou radicale, et ne soit pas assez présente dans leurs projets. Or, la question des SCOP est éminemment politique : il s’agit, au-delà d’une forme de propriété collective de la production, d’un projet de transformation sociale et d’émancipation des travailleurs de l’exploitation capitaliste. Mais précisément, le mouvement de création de SCOP est étroitement lié aux perspectives de transformation sociale portées par les forces sociales, et en France, si la CFDT a un temps défendu l’autogestion, elle a opéré depuis un sérieux recentrage et la CGT ne comprend pas ou ne reprend pas dans son idéologie la tradition historique du projet émancipateur des SCOP.

L’intervention des Régions

Certains des salariés en lutte que nous avons rencontrés plaident pour un investissement fort des régions dans le soutien aux entreprises menacées de fermeture, soit par de l’injection d’argent public, soit en aidant à chercher un repreneur, soit en facilitant la création de SCOP pour reprendre tout ou partie de la production. Il est certain que les régions ne sont pas dépourvues de moyens. Certaines les utilisent, comme le Poitou-Charentes, où Ségolène Royal soutient la création de SCOP , ou comme le Nord-Pas-de-Calais. Elles ont parmi leurs compétences la formation professionnelle, ce qui est très important pour le reclassement des salariés et devrait être aussi utilisé pour leur reconversion en situation d’emploi. Ces expériences sont intéressantes et ouvrent des pistes qu’il faut développer par une socialisation de la production, un pôle financier public, un appui à la formation et à la reconversion des salariés.

Le contrôle ou l’interdiction des licenciements

La question de l’interdiction des licenciements ne fait pas consensus dans la classe politique ni même au niveau des centrales syndicales. Si le NPA la met en avant, cette interdiction n’est revendiquée que pour les entreprises qui font des profits par l’Union syndicale Solidaires. La CGT, qui porte la revendication d’une « sécurité sociale professionnelle » composante d’un « nouveau statut du travail salarié », réclame la mise en place d’un « droit suspensif des licenciements » et de « conseils territoriaux pour la sécurité de l’emploi. Il nous semble beaucoup plus intéressant de renforcer la protection des salariés et leur capacité à rebondir, plutôt que d’interdire les licenciements, même si le rétablissement d’un contrôle des licenciements et leur pénalisation financière seraient souhaitables.

La sécurisation des parcours professionnels

Deux revendications majeures sont mises en avant par les différents syndicats en France pour faire face aux mutations industrielles avec leur cortège de licenciements : la sécurité sociale professionnelle, défendue par la CGT, Solidaires et la CFTC – avec son projet de statut du travailleur -, d’une part, et d’autre part, la sécurisation des parcours professionnels, seule défendue par la CFDT, pour qui il s’agit de sécuriser les parcours plutôt que le contrat de travail.

La revendication d’un statut nouveau du salarié ou d’une véritable sécurité sociale professionnelle porte sur le maintien du salaire, du contrat et des droits qui lui sont attachés – droit à la formation, à la retraite, à la carrière… – en cas de licenciement. Pour la CGT, il s’agit de créer un « nouveau statut du travail salarié », assurant en cas de licenciement le maintien du contrat et du salaire avec tous les droits sociaux qui lui sont attachés ( à la retraite, à la formation, à la carrière…), jusqu’au retour à l’emploi. Solidaires défend le même projet. Pour ces deux syndicats, le salarié devrait conserver un revenu égal au SMIC. Pour la CFTC, 80 % du SMIC sont revendiqués.

La reconversion industrielle

Face à la crise qui frappe l’industrie en France, des experts, des politiques préconisent une reconversion des activités vers les services, et le développement du contenu technologique des produits. C’est l’exemple suivi par la Grande Bretagne par exemple. Mais cela pose une question : un pays peut-il laisser partir toute son industrie et reposer uniquement sur les services, même si ces derniers occupent une place croissante dans les économies des pays les plus développés ? Nous ne le croyons pas. D’autant qu’une bonne partie des services – les services aux entreprises précisément – dépendent de la présence d’un secteur secondaire.

Il n’en reste pas moins que la question de la reconversion des activités économiques est cruciale, ne serait-ce que du fait du coût énergétique et des effets en GES de beaucoup de nos productions majeures, extrêmement dépendantes des énergies fossiles, comme l’automobile pour ne citer qu’elle. Si la nature des productions d’une économie évolue sans cesse sous l’impulsion du progrès technique, il est maintenant devenu impératif de réduire l’empreinte écologique de nos productions. Il en résulte que tout secteur industriel doit faire l’objet d’études prévisionnelles et de politiques délibérées pour assurer son adaptation et sa possible reconversion. De telles études devraient menées sous la direction conjointe du gouvernement et des syndicats de salariés ; ces derniers devraient toutefois avoir un rôle déterminant si l’on veut éviter la fuite en avant qui caractérise les stratégies des capitalistes jusqu’ici.

Cela revient à poser la question : Que produit-on ? Comment ? Pour qui ? Privilégie-t-on les besoins sociaux et les contraintes d’un développement durable ? Ces questions sont du ressort des citoyens et des salariés.

La relocalisation

Dans une perspective de lutte contre le réchauffement climatique, de réduction nécessaire des émissions de gaz à effet de serre, et de moindre consommation des énergies fossiles, il est incontournable de s’attaquer aux processus de division internationale du travail, pour rapprocher les lieux de production des lieux de consommation. Avec le passage d’un système de production traditionnel, où chaque pays produit les biens dont il a besoin, à la chaîne de montage internationale où il est devenu rare qu’un pays produise un bien de A à Z, le produit final est vendu à des milliers de kilomètres des lieux d’origine de ses matériaux ou des usines qui l’ont fabriqué. Les composantes d’une voiture, par exemple, peuvent venir de 16 pays différents. Non seulement cela est insoutenable écologiquement – les processus de production actuels consomment annuellement plus de 220 milliards de tonnes de ressources, toutes tirées du capital naturel de la terre – , mais cela détruit le rapport salarial et les droits des travailleurs.

Cela donne toute son importance à la question de la relocalisation productive, question aussi abordée par Thomas Coutrot dans son dernier livre . Pour lui, « il faut réduire fortement le commerce international de marchandises, et favoriser une relocalisation des activités. Le libre-échange n’est pas soutenable socialement, écologiquement , démocratiquement . L’idée de base est celle d’une politique coopérative et multilatérale de relocalisation. »

Cela suppose bien évidemment de s’opposer aux stratégies de localisation des entreprises multinationales qui orchestrent ce ballet de transports croisés de produits à l’échelle de toute la planète. Pour cela, il faut réintégrer dans le coût des produits le coût environnemental lié à la production de gaz à effets de serre. Thomas Coutrot propose pour cela l’instauration d’une taxe kilométrique sur les distances parcourues par les marchandises.

Dans de nombreux pays, de multiples expériences de relocalisation de la production, de la consommation et des échanges se développent, même si elles n’en sont qu’à leurs débuts, et tracent la voie : en France, il s’agit de monnaies locales, de circuits courts et AMAP, de défense de la souveraineté alimentaire, etc. Mais elles n’ont jusqu’à présent guère posé la question de la relocalisation de la production industrielle, du fait du manque de réflexion des syndicats sur ce sujet.
Or, il y a des leçons à tirer des exemples de l’Amérique Latine, ou même d’autres pays comme l’ex-Yougoslavie, comme le montre le récent ouvrage sur « Autogestion, hier, aujourd’hui et demain » réuni par divers auteurs et coordonné par Lucien COLLONGES, paru chez Syllepse en 2010. On conseille aussi la lecture du remarquable ouvrage collectif de l’International Forum on Globalization, sous la direction de John CAVANAGH et Jerry MANDER, « Alternatives à la globalisation économique », Editions Ecosociété, 2005, qui fourmille de pistes et de références concrètes.

La Taxation des importations ? Ou l’augmentation des salaires dans les pays émergents ?

Puisque les produits importés de pays à bas salaires et à absence de contrainte environnementale constituent une concurrence déloyale ou faussée aux produits fabriqués en France, une autre solution préconisée par certains serait de taxer les premiers, ou de les frapper de droits de douane correspondants au gain engendré par de bas coûts sociaux et environnementaux. Ceci pourrait pousser à l’augmentation des salaires dans ces pays et à une meilleure prise en compte de l’environnement.

Cette piste est notamment défendue par Jacques SAPIR, qui préconise « l’institution de mesures de protectionnisme social et écologique pour à la fois garantir nos niveaux de protection ET organiser une convergence vers le haut dans ce domaine ». C’est ce que d’autres économistes nomment un « juste échange », comme Frédéric Viale . Ce dernier écrit : « le combat contre le libre-échange doit passer par la réappropriation, par les mouvements sociaux et les syndicats, de la notion de protectionnisme. Seul un protectionnisme européen rendra une marge de manœuvre politique aux populations. Evidemment, il ne sera pas question d’instaurer un protectionnisme européen simplement pour garantir des profits faciles aux entreprises d’Europe. Pourquoi ne pas poser comme règle par exemple que seuls entrent les produits en provenance de l’extérieur de l’Union dont le processus de fabrication respecte les cinq piliers fondamentaux posés par l’Organisation Internationale du travail, parmi lesquels se trouvent le droit de se syndiquer, l’obligation de payer les salariés à un tarif décent, l’interdiction du travail des enfants ? »

Thomas Coutrot est beaucoup plus réservé, estimant que nous avons une dette écologique vis-à-vis des pays anciennement colonisés ou en voie de développement. Il ajoute que « la majorité des exportations chinoises, par exemple, sont le fait de joint-ventures avec participation massive de capitaux occidentaux. Quelle cohérence pour les pays du Nord à délocaliser leur pollution industrielle vers la Chine, pour ensuite taxer cette dernière à cause de cette pollution ? ». C’est pourquoi il suggère une taxe kilométrique.

Un contrôle sur les importations et une taxation de celles-ci sont incompatibles avec les Traités de l’Union Européenne qui tous interdisent le protectionnisme et imposent la concurrence libre et non faussée, en instaurant de fait le dumping social généralisé au sein des 27 pays européens signataires.

Il n’y aurait dès lors que deux choix : sortir de l’Union européenne, ce qui est peu crédible, ou lutter pour imposer un changement des Traités et la mise en œuvre d’une véritable Europe sociale, imposant un SMIC européen.

Si la piste d’un relèvement significatif des salaires dans les pays émergents est à poursuivre, elle conduit à interpeller les institutions internationales, au premier rang desquelles l’Organisation Internationale du Travail, pour qu’elles poussent à instaurer un salaire minimum international, ou des salaires minima dans les différents pays selon un pourcentage donné de leur produit intérieur brut.

Cette piste est avancée par Fabien Besson et Cédric Durand dans le document de travail du CEPN d’octobre 2006 précédemment cité sur les délocalisations de services. Pour eux, il est nécessaire, face à l’entrée toujours croissante de nouvelles activités dans l’internationalisation des processus productifs, de redonner à l’Etat les moyens de se déployer, ce qui passe soit par un renforcement de leur souveraineté économique, soit par la constitution d’un proto-Etat social mondial.

La Réduction du temps de travail

Passée de mode depuis son application controversée – car peu créatrice d’emplois – par les lois Aubry, la réduction du temps de travail est pourtant l’une des réponses à la hausse de la productivité, car si elle est mise en œuvre sans recours accru à la flexibilité, elle permet de créer de nouveaux emplois.

Face à l’augmentation constante de la productivité, surtout dans les activités industrielles, la seule solution pour créer des emplois est de réduire massivement le temps de travail, en allant vers les 32H. La réduction du temps de travail doit aussi aller de pair avec des embauches à due concurrence, et non pas se traduire par une flexibilité accrue et une intensification du travail, comme cela s’est produit dans le cas de la RTT mise en place par les lois Aubry.

Une autre politique européenne

Il est peu de dire que la mise en œuvre de l’Europe dans sa conception libérale actuelle ne favorise pas une politique industrielle nationale, ou le moindre contrôle des importations, choses quasi interdites par les parties de la Constitution consacrées à la politique économique et fiscale.

Une politique européenne radicalement différente serait pourtant l’une des solutions : que l’Europe ait une véritable politique industrielle et économique, et mette en œuvre un rattrapage par le haut des salaires les plus bas pratiqués dans les pays les moins développés, et une lutte contre le dumping social. Il est certain que si l’Europe imposait partout un salaire minimum décent, l’attrait des pays européens à bas salaire serait bien moindre.

S’attaquer au pouvoir des actionnaires

Le capitalisme s’est profondément transformé ces trente dernières années. Il repose aujourd’hui largement sur la finance, qui représente sa principale source de profit, même si la valeur initiale est toujours extraite de la production. Les dividendes occupent ainsi dans le PIB une part croissante, passée de 3,2 % en 1982 à 8,7 % en 2007 en France. Ne parlons pas de leur explosion sur le plan mondial….
Comme on l’a vu dans les pages précédentes, les branches industrielles, les unes après les autres, ont été livrées au capitalisme financiarisé, souvent après de rudes batailles défensives des salariés. Aujourd’hui, on ferme une entreprise qui fait des bénéfices, ou on lui applique des plans sociaux draconiens alors même qu’elle est rentable, car sa rentabilité n’est pas jugée assez élevée. Et chacun sait que rien ne vaut un bon plan social pour faire bondir le cours de l’action en bourse.

Pour limiter le pouvoir des actionnaires, il faut mettre en oeuvre plusieurs mesures, comme le préconise Thomas Coutrot: – interdiction des licenciements dans les entreprises qui font des profits

– élévation du coût des licenciements pour les patrons, par la mise en place d’une sécurité sociale professionnelle à leur charge

– mise en place d’un pôle financier public hégémonique, capable de prêter aux entreprises pour leurs besoins de développement, mais sans spéculer sur les fonds qui s’en dégagent.

– On peut y ajouter développement de l’épargne et du crédit alternatifs, solidaires et coopératifs, sans ou à très faibles taux d’intérêt, et réinvestis dans la production et la reconversion des productions polluantes.

Lucile DAUMAS ATTAC Maroc Délocalisations dans les zones franches au Maroc

Mon discours va être minoritaire, car il n’est pas tenu même par les syndicats au Maroc. Mais il est tenu par les gens. Les délocalisations au Maroc remontent à loin, la zone franche de Tanger a vingt ans. C’est toute la politique économique marocaine qui est orientée vers les délocalisations, qu’il s’agisse du Plan Emergence, du plan Vert pour l’agriculture ou du Plan Azur pour le tourisme. Les zones franches ont le grand intérêt pour les entreprises d’échapper à la réglementation nationale. Elles se sont implantées partout, celle de Tanger est devenue énorme, et comporte des autoroutes, le TGV, deux énormes ports, ce qui fait que le Maroc est très endetté. Le Maroc veut devenir le nouveau Mexique de l’Europe avec des maquilas. Il a appliqué une politique de privatisation du secteur public (mais l’argent n’a pas été réinvesti dans la production). Partout s’ouvrent des licences d’off-shoring et quantité de petites écoles privées, y compris d’entreprises délocalisées, qui forment la main d’œuvre à des tâches très limitées.

Les arguments pour justifier les zones franches sont la création d’emplois, les investissements, les transferts attendus de technologies, l’impact positif sur l’émigration.
Revenons sur ces différents arguments : Sur la création d’emplois, les chiffres les plus fantaisistes circulent ; on n’a pas de bilan.Mais les emplois créés sont très précaires. Le salaire tourne autour de 180 euros par mois, un peu eu-dessus du SMIC qui est à 170. Mais le chômage reste élevé à tanger, car les entreprises étrangères préférent recruter des salariés venus d’ailleurs. Il y a même un mouvement des diplômés chômeurs. On utilise aussi énormément la sous-traitance, y compris à domicile, et l’usine n’est souvent qu’une vitrine. Enfin, il s’agit de secteurs très sensibles aux fluctuations de l’économie mondiale, qui ont été touchés sév7rement par la crise, d’où de nombreuses fermetures. Enfin, les entreprises utilisent le chantage.

Sur les investissements, le gros des IDE s’échange entre pays développés. Au Maroc, ils arrivent avec une fiscalité très légère et la possibilité d’exporter tous les bénéfices.

Sur les transferts de technologies, ils sont faibles, car il s’agit essentiellement de plate-formes de montage et de finition, et on ne maîtrise pas toute la chaîne. Enfin, les formations sont minimales et limitées.

Quant à l’impact sur l’émigration, il est d’avoir créé des migrations internes. Et les accords de coopération entre le Maroc et l’Espagne prévient que la main d’œuvre marocaine surexploitée da,ns la production de fraises par exemple aille aussi travailler en même temps en Espagne.

Bref, les délocalisations dans les zones franches du Maroc, c’est surtout une ouverture des multinationales vers les multinationales. Les gains pour l’économie et la population marocaines sont minimes.

Les perspectives que l’on peut se donner, c’est de travailler sur les normes de salaires et de conditions de travail ; de renforcer la solidarité syndicale, par des rencontres entre travailleurs du Nord et du Sud.

Thierry BRULAVOINE Objecteur de croissance, Relocalisons, Saint-Nazaire La relocalisation et le cas de Saint-Nazaire

Saint-Nazaire est un laboratoire de la délocalisation, mais des travailleurs. Sur les chantiers de l’Atlantique, il y a des travailleurs d’Inde, de Bulgarie, de Grèce…et une sous-traitance en cascade, avec des conditions de travail déplorables, des salaires non versés, ce qui a entraîné des grèves de la faim, de l’intérim…Les Chantiers ont été vendus, puis revendus aux Chantiers Coréens, et il y a eu 6 à 7 mois de chômage partiel quasi intégral cette année.

La relocalisation, on en parle de plus en plus, avec l’urgence climatique, la pénurie proche de pétrole, la prise de conscience de la nécessité de raccourcir les distances. La souveraineté alimentaire en est une facette essentielle, au Sud comme au Nord. Saint-Nazaire a un gros terminal agro-alimentaire, et importe du soja pour l’alimentation bovine et du tournesol pour les agro-carburants. La majorité des protéines animales de notre alimentation viennent du soja importé. Comment produire des végétaux à haute teneur en protéines ? Cela pose la question de l’utilisation des sols. Tous les dix ans en France, l’équivalent de la surface d’un département disparaît sous le béton. Il faut mettre en place un « ménagement des territoires », agir sur le Schéma Régional d’Aménagement et de Développement durable du Territoire. La réforme en cours des collectivités locales va détruire toutes les petites communes, faire de grands pôles métropolitains, l’objectif est le tout-urbain. Le projet de construction d’un gigantesque aéroport à Notre-Dame des landes a été remporté par Vinci. Pour le président du Conseil Régional, ce ,’est pas grave, car cela ne concernera que 2000 hectares soit 0,02 % des terres agricoles ou parcs naturels . Nous nous sommes opposés en tant qu’élus verts à ce projet, en vain.

Si l’on met en œuvre la relocalisation, on détruit les emplois du Port au moins transitoirement. Que produit-on dans les Chantiers de l’Atlantique ? Actuellement, des bateaux militaires. Il faut imaginer d’autres productions. C’est tout un mécanisme en cascade. Il faut repenser la gestion des territoires. Actuellement, les schémas régionaux d’aménagement du territoire sont des schémas de gestion capitaliste du territoire. Or, il s’agit de la gestion d’élus PS, PC et Verts. La relocalisation, c’est aussi des alternatives concrètes, nécessaires, mais insuffisantes, car il faut passer au plan politique et interpeller les élus. A ATTAC Saint-Nazaire, on s’est attaqués à la grande distribution, et on a fait un guide des alternatives à la grande distribution, on a créé une première AMAP. Partout en France, le mouvement des AMAP explose, avec aussi le mouvement sur le jardinage, la plantation d’arbres fruitiers sur les espaces publics.

La relocalisation, c’est aussi penser à la coopération entre territoires. Martin Vanier a remis un rapport au Conseil Régional Nord Pas-de-Calais sur l’inter-territorialité. Il y a un bouillonnement d’initiatives, monnaies locales, finance solidaire, villes en transition…Il faut penser global et agir local.

Débat

Jean-Luc Pasquinet (Relocalisons) : Il faut développer des actions sur la réutilisation des déchets, y compris industriels, qui peuvent servir d’entrants dans d’autres industries. Il faut aussi se battre contre l’irradiation des aliments, avec Action Conso, les Amis de la terre, la CRIIRAD.

Verveine Angeli (Conseil Scientifique d’ATTAC) : Les délocalisations sont dues à la mondialisation et à la concentration des entreprises, et à la sous-traitance. Comment faire pression sur les multinationales pour agir sur leur comportement à l’étranger ? Il faut créer des liens internationaux. Par la lutte, on peut obtenir des relocalisations, c’est le cas à France Télécom où des relocalisations ont été arrachées à Alès, Albi, Morlaix. (Note de la rédaction : Voir à ce sujet Ghislaine.Coinaud@orange-ftgroups.com)

Philippe Bonneau (ATTAC La Ciotat) : Si on relocalise la production, on détruit des emplois dans d’autres pays. Les entreprises délocalisées dans certains pays peuvent en repartir au bout de quelque temps, c’est ce qui se passe en Irlande. On devrait jouer sur le maintien de services publics qui intéresse les grandes entreprises. Les luttes peuvent gagner, c’est le cas à NetCacao à Marseille, qui a été sauvé par la lutte des salariés. Mais pour que les luttes gagnent, elles doivent aller plus loin que les syndicats et associer les élus et la population. Enfin, il faut imposer le remboursement des aides perçues par les entreprises qui partent.

Claude Valuet (ATTAC 63) : je ne crois pas à la taxe kilomètre proposée par Thomas Coutrot. Il faut remettre des frontières et des taxes.

Un camarade de Philips : A Dreux, Philips employait il y a 15 ans 2500 salariés, on &était tomé à 150 avant la fermeture. En fait, tout a commencé en 1990 avec l’ouverture aux pays de l’Est, Philips a annoncé qu’il allait construire une usine de télévisuers en Hongrie, et les syndicats ont été d’accord. Mais tous les ans, on a fait passer un produit de Dreux en Hongrie. Aujourd’hui, Philips Dreux a fermé et on va délocaliser l’usine de Hongrie en Ukraine. Je suis pour taxer le transport de marchandises mais aussi pour instaurer des taxes sociales et environnementales à l’importation.

Une dame : Les jachères imposées aux paysans par l’Union Européenne jusqu’en 2008 ont été abandonnées. La nouvelle politique agricole commune règle les prix sur le marché mondial, et par exemple le prix du lait est fixé très bas car la Nouvelle-Zélande a les prix les plus bas. Le retour à une production herbagère coûterait moins cher que d’importer du soja. Par ailleurs, Andines avait monté un projet de commerce équitable avec le Maroc, mais le roi l’a mis à bas car il a repris l’idée et a décidé d’investir là.

C. Hervé (ATTAC Toulouse) : le réseau des Jardins de Cocagne fait de la relocalisation et de l’aide à l’insertion. Par ailleurs, la relocalisation industrielle posera le problème des savoirs-faire, qui ont été détruits, et qu’il faudra reconstruire.

Lucile Daumas : Le marché marocain est envahi de produits peu chers d’Europe de l’Est, ce qui a :mis par terre l’électroménager marocain. Il ne s’agit pas de remettre des frontières. Elles n’existent plus que pour la main d’œuvre. Il faut exiger la libre circulation de la main d’œuvre. On incite à produire pour exporter et à importer pour consommer. L’Union Européenne fait pression sur les pays méditerranéens pour qu’ils abandonnent la production de blé. Les coûts sociaux ne sont pas pris en compte, ni la destruction sociale.

Evelyne Perrin : La relocalisation est un thème qui monte. On le voit à ATTAC. Il faut développer ce mouvement. Il y a un gros travail de réflexion à faire. Nous avons des moyens d’action comme consommateurs (AMAP, boycott), comme producteurs et travailleurs (alliance des syndicats du Nord et du Sud, appui au mouvement social), et comme citoyens (pressions sur les élus, éducation populaire).

Thierry Brulavoine : Il y a un gros travail à faire à ATTAC sur tous les problèmes soulevés par la relocalisation. Ce serait bien de faire un 4-pages et un travail d’éducation populaire.

Publicités