Compte-rendu – 1ères Rencontres de la Relocalisation – 04/08/10 – Plénière – Collectifs Relocalisons

Plénière / débat sur le lancement de collectifs locaux « Relocalisons » + Atelier Média

Il s’agissait d’une première rencontre nationale des sympathisants de l’association Relocalisons et le déroulé de la matinée a finalement permis un « tour de table » avec des prises de parole libres qui ne se sont pas limitées au thème initial et ont permis de formuler de nombreuses propositions. J’ai tenté d’en faire un compte-rendu thématique en tentant de restituer les interventions.

A) Retour sur des actions ou propositions de Relocalisons

Retours positifs sur … – le choix du nom de l’association car il est rassembleur, positif et il fait appel aux actions concrètes; – l’appel à soutien; – L’initiative d’organiser ces Rencontres de la relocalisation (bien que l’organisation de l’hébergement n’était pas à la hauteur);

La proposition de répertoire des initiatives / acteurs de la localisation est jugée globalement positive mais également trop compliquée et fastidieuse.

B) Quelques constats d’ordre général

Des initiatives réussies telles que la campagne « Alimentons nos régions » n’ont pas débouchées sur des résultats concrets ou par la création de collectifs… Il faut se donner les moyens d’agir.

Les politiques n’ont pas une bonne compréhension de ce que signifie la relocalisation.

C) Des questions d’ordre général

Relocalisons, est-ce un groupe de pression ? Un lieu d’échanges sur les outils pratiques ? Relocaliser d’accord mais relocaliser quoi ? Quelle relocalisation ?

D) Des écueils à éviter

– Ne pas être confondus avec des nationalistes ou souverainistes de droite;

– Ne pas recommencer ce qui a déjà été fait (à propos du répertoire des acteurs).

E) Lancement de collectifs Relocalisons locaux

– Créer des outils qui apportent quelque chose, pas des collectifs en plus / Il y a déjà de nombreux regroupements, AMAP, etc / Les collectifs Relocalisons peuvent être des repoussoirs, certains n’y croient pas;

– Intéressant de mettre en connexion des actions éparpillées… mais attention à ne pas apparaître ou se présenter comme « LE » fédérateur;

– Comment faire adhérer à un collectif ?

– Se présenter comme association et pas comme politique; – L’éxistence de Relocalissons est nécessaire / Il y a de la place pour des groupes de réflexion en plus des politiques car, bien que l’idée de relocalisation apparaisse sur des programmes, elle n’est pas appliquée;

F) Propositions d’idée, de réflexions ou projets

– mettre en place des groupes de réflexion sur les champs d’application de la relocalisation en élargissant à d’autres thématiques que la consommation ou l’agriculture en incluant la démocratie locale, la relocalisation des déchets, la notion de partage;

– mettre en avant la solidarité, les liens, pas uniquement l’économique / revendiquer un « protectionnisme altruiste »;

– fédérer, améliorer les interconnexions / s’appuyer sur des réseaux variés (épargne solidaires, etc);

– renforcer l’idée et réaffirmer l’importance de la relocalisation / clarifier les concepts / préparer un contre-argumentaire (pour répondre aux objections et critiques);

– penser autogestion;

– travailler sur du concret, ce n’est pas indispensable que tout soit compris; – parler du journal « Proximités »

– faire baisser la consommation en grande surface;

G) Pistes et propositions d’actions

– écrire une charte qui nous différencie des nationalistes et qui permette à des associations ou groupes préexistants de s’associer au réseau Relocalisons sans monter un collectif local;

– Faire le point des projets concrets, utiles / privilégier les projets concrets; – fusionner les 2 sites internet « Relocalisons ! » et « Relocalisons Copenhague »;

– Écrire un communiqué des 1ères rencontres;

– Lancer une campagne de lobbying auprès des élus par exemple sur les ceintures maraîchères (ou nourricières) / Mettre en place un groupe de travail sur les ceintures maraîchères et dans ce cadre prendre contact avec « Alimentons nos régions », « Villes en transition », etc;

– Lancer un appel à ce que des initiatives de relocalisation se fédèrent, se fassent connaître / Fédérer grâce au site internet;

– Profiter de la manif des retraites à la rentrée pour se faire connaître avec la banderole;

– Demander un stand à l’université citoyenne d’Attac du 20 au 24 Août / Demander à Attac d’être un partenaire d’Attac pour l’organisation du colloque d’Octobre sur la relocalisation.

H) Organisations, associations ou collectifs acteurs de la relocalisation

Voici quelques noms d’associations citées qui mènent des actions de relocalisation et que l’on pourrait envisager de solliciter pour adhérer à une charte du réseau Relocalisons :

– Collectif Action Climat dans les Cévennes;

– Collectif « Riches ensembles » à Saint-Nazaire;

– PUMAC 82 (Pour Un Mouvement Altermondialiste et Citoyen) dans le Tarn et Garonne;

– L’Université Populaire et Citoyenne du Puy de Dome (AMAP, Ecohabitat, Coopératives)

I) Atelier Médias / Journal « Proximités »

Une bonne partie des interventions ont eu lieu avant la présentation de Christian mais je les ai rassemblées à la fin pour faciliter la lecture.

Présentation par Christian Sunt :

– 4500 exemplaires imprimés pour 400 € de frais d’impression soit presque 10 centimes / numéro;

– Mode de diffusion : soit papier soit internet. Choix du papier car plus lu, plus facile et agréable à lire que sur internet;

– Choix de la distribution gratuite du journal pour éviter que l’essentiel du temps et de l’énergie soient consacrés à convaincre, collecter et gérer la collecte de petites sommes d’argent;

– Paiement sous forme de don par chèque des lecteurs, ceux qui payent deviennent distributeurs; – Distribution via des réseaux qui s’intéressent à la relocalisation, des lieux alternatifs, etc;

– Le maquettiste a accepté de travailler gratuitement et serait d’accord pour décliner cette maquette pour d’autres régions;

– Bloqué sur internet car les temps de téléchargement du fichier pdf est trop long;

– Profusion d’initiatives sur le thème de l’alimentation mais très peu ou pas sur l’habillement;

– Rédaction par un comité de rédaction de 3-4 personnes et un cercle de 12 autres personnes;

– Retours très positifs.

Les différents participants :

– La création d’un journal fédère / rassemble / intéresse les non-politiques; – Très bonne initiative;

– Dommage que le nom de la revue soit différent de celui de l’association, confusion;

– Bonne initiative mais qui finance ?;

– Pas d’accord pour un journal national mais plutôt d’autres journaux régionaux;

– Proposition que le journal soit disponible sur le site internet de Relocalisons;

– Il faudrait prévoir de rémunérer le graphiste, compter 1200 € / an;

– Claude Le Guerrannic propose de diffuser « Proximités » à ses abonnés à la revue « L’Altermondialiste » (vendu 1 € / numéro et diffusé à 300-400 exemplaires);

– Proposition de recherches de subventions via des fondations (Nature & Découvertes, « Terre Humaine pour le Progrès de l’Homme ») / de s’ouvrir à la publicité (festival, producteurs bio, etc)

Publicités